L’école gardienne terminée (1948), je change d’établissement.

Voici d’autres religieuses, nous essayons de faire connaissance . Ce sont les soeurs de la Doctrine Chrétienne à Bruxelles. Deux d’entre elles sont des cousines de papa. Soeur St Paul est la directrice, elle représente la "grande " autorité. Ce qui à l’époque me donne déja des boutons et atteint le potentiel d’indépendance que je possède mais ignore encore.

Cette école est composée de trois externats, ce qui signifie que l’on trie les enfants en trois groupes : les riches (école payante), les petits bourgeois très moyens (la majorité) et les pauvres.
Chaque catégorie a ses propres institutrices, sa propre direction, sa propre cour de récréation et ses propres repas.

Je fais partie du troupeau numéro 2, soit le moyen, le plus quelconque, ni riche ni pauvre mais le plus fort parce que composé du plus grand nombre de filles. Nous devrions donc être heureuses !

Chaque cour de récréation est entourée de grilles pour bien marquer les
séparations.

Les filles de la cour des pauvres ne peuvent avoir aucun contact avec
d’autres. D’ailleurs nous n’avons aucune envie de les fréquenter, elles sont sales, mal habillées et même la nourriture qu’elles reçoivent nous semble sentir mauvais...

En face de notre cour numéro 2 il y a la cour des riches. Des petites
gamines en jupe plissée, bleu marine, chemisier blanc et cravate. Tout cela est très chic, pourquoi sont-elles si méprisantes ? Il y en a eu des altercations entre les deux camps. On arrivait à se crêper le chignon entre les barreaux des grilles.

L’autre cousine de mon père, Soeur Marceline est " soeur portière". Elle ouvre la porte aux riches. Nous les filles " moyennes" passons par une ruelle sur le côté pendant que les autres appuient sur une sonnette en cuivre blinquant et poussent une poignée de porte aussi brillante que les cache pots cuivrés de ma grand mère.

Le bonheur,je le trouve en classe, j’aime les professeurs, les cours et suis bonne élève.