Si je pouvais vous répondre à cette question j’aurais fait un grand pas en avant car c’est justement ce que je tente désespérément de savoir !!!Je ne sais pas comment les autres me voient, mais moi je me vois double comme si je louchais !!! D’un côté celle que je voudrais être et que de temps en temps je suis. C’est le moi qui aime rire et s’amuser et qui sait entraîner les autres dans la bonne humeur. Celle qui a envie d’aventure et qui ne veut pas être conforme à la norme !!Celle qui est indépendante et sait se débrouiller toute seule dans toutes les circonstances !!!

Et le double de cette image est tout à fait différent et cependant tout à fait moi aussi !

C’est celle qui ne s’aime pas … celle qui vit pour les autres et selon le jugement des autres !!! Celle qui ne supporte pas la solitude et qui a besoin d’être motivée et entraînée par les autres. Celle qui se pose plein de questions sur le sens de la vie et qui par ce fait oublie de vivre !!!

Mon moi émotionnel est dans les deux cas très fragile, je suis vite démoralisée mais d’un autre côté il ne faut pas grand chose pour me faire plaisir !!! Je suis optimiste ou pessimiste selon le personnage dans lequel ma conscience du moment se retrouve. Je ne pense pas avoir de difficulté à montrer mes sentiments mais plutôt à ne pas les montrer. En Amour je suis fragile car je m’investis trop !!! Quand j’éprouve de la joie, de la haine, de la peine ou de la colère, on le voit sur mon visage mais en général je suis très contrôlée et je ne laisse que rarement percer ces sentiments dans mes actes ….. mais il arrive que je chante dans la rue et si on touche à un être qui m’est cher, je le défends comme une bête féroce !!!

Ma philosophie de vie est très simple… je fonctionne d’après une phrase : « Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent !!! »

Des rêves j’en ai eu beaucoup et heureusement j’en ai encore, bien qu’avec l’âge l’espoir de pouvoir les réaliser devient de plus en plus maigre. J’aurais voulu être pilote d’avion mais j’étais née 10 ans trop tôt car de mon temps les femmes pilotes n’étaient pas acceptées dans les compagnies aériennes ni dans l’armée et je n’avais pas les moyens de payer l’entraînement par mes ressources propres au -delà d’une licence de pilote privée. Toutefois j’ai raté une occasion quand on m’a proposé d’être copilote dans un petit avion qui faisait du taxi !!! J’ai refusé parce que j’avais un petit ami que j’aurais dû quitter pour aller vivre en Allemagne. La deuxième raison était que le futur patron s’est mal exprimé. Il m’avait offert un salaire si maigre que je n’aurais pas pu en vivre mais il proposait que j’aille habiter chez lui. Il n’a pas dit dans sa famille et je m’imaginais devoir partager le lit de mon patron pour avoir accès à ce brevet. A cette époque je n’étais pas prête à cela, mais maintenant je le regrette !!!
Je rêvais aussi d’avoir une ferme avec des chevaux …et des chèvres !!!

Si j’avais le choix de revivre une période de ma vie, je choisirais celle pendant laquelle j’ai été hôtesse de l’air. J’ai aimé ce travail parce que, au temps où je l’ai fait, .c’était une époque de pionniers qui formaient une « une grande famille » d’hôtesses, de pilotes, de personnel au sol et même les passagers faisaient partie de cette grande famille. On connaissait la plupart des passagers par leur nom et leur profession et parfois plus. Nous les hôtesses, on nous connaissait par le prénom. J’ai eu la chance de vivre la « belle époque de l’aviation luxembourgeoise ». Toute ma vie, ensuite, j’ai rêvé qu’on me proposait de reprendre ce métier. Dans mes rêves, j’avais toujours mon vieil uniforme mais il était devenu si serrant que je devais rentrer le ventre pour que les coutures ne craquent pas. Et très souvent j’ai été réveillée la nuit par mes efforts pour rentrer mon ventre dans mon sommeil. Alors un jour, j’ai décidé d’aller m’acheter un tailleur bleu pareil à mon uniforme mais ajusté à ma taille et j’ai du même coup résolu le problème du sommeil trop souvent interrompu.

Mon dernier rêve que j’espère encore pouvoir réaliser est celui de pouvoir aller à la rencontre de gens exceptionnels, des talents de vie, des gens simples qui ont réussi à mener une vie heureuse avec des moyens simples. Mon intérêt dans cette aventure serait de pouvoir bénéficier du témoignage de leur vision du bonheur afin d’en profiter moi- même. Je voudrais aussi faire bénéficier d’autres gens de cette sagesse par le biais d’un site Internet sur lequel j’écrirais un petit récit de leurs témoignages. Ce rêve me tient très à cœur parce que je m’imagine pouvoir faire cela encore très longtemps.

Si je pouvais choisir un symbole pour ma vie telle que j’aime me l’imaginer, je choisirais une mouette parce qu’elle est à l’aise par terre comme dans les airs et même sur l’eau !!! Et aussi parce que les mouettes sont très bruyantes et ne passent pas inaperçues. Car rien ne me pèse plus que l’anonymat, que ce soit dans le bien ou dans le mal. J’aimerais pouvoir m’appeler « Lillamouette ».