Extrait de "Nous racontons notre vie", à la Maison des Femmes de Molenbeek, 2016-2017

Née à Tanger en 1956, marocaine d’origine, je suis actuellement belge de nationalité. Je suis arrivée en 1969 à Bruxelles avec ma tante pour étudier. J’étais toujours derrière à l’école, c’était difficile. Je voulais travailler mais j’étais trop jeune, je n’avais pas de profession et pas de permis de travail. Finalement, à 18 ans, j’ai intégré l’école des sœurs à Molenbeek où j’ai étudié la couture, la cuisine, le français pendant 7 ans.

Finalement, ma tante est allée au ministère du travail, j’ai obtenu mon permis de travail et j’ai commencé un travail dans un très grand hôtel du centre-ville. On nous apprenait tous les gestes pour l’entretien des chambres. J’ai commencé par faire 3 chambres, puis 5 chambres et de plus en plus de chambres. Cela me plaisait.

Après un mois, j’ai reçu mon premier salaire. Je suis allée directement m’acheter un beau tailleur noir chez Sarma, des pantoufles pour travailler, des fleurs pour ma tante et j’ai envoyé de l’argent à ma maman au Maroc.

J’aimais bien ce travail, l’ambiance entre collègues était bonne. Si un client difficile faisait une remarque sur l’entretien de la chambre, pour éviter que cela ne se sache à la direction, les collègues s’entraidaient.

Après 25 ans de travail, j’ai reçu un diplôme du travail de première classe. Après 35 ans, le diplôme a été signé par le Roi. Mon salon est rempli de médailles ! Il y avait tous les ans une fête pour le personnel, c’était très gai, on s’entendait bien.

J’ai toujours refusé de quitter cet hôtel malgré les propositions de promotions dans l’Horeca. J’ai grandi là, j’ai travaillé pendant 37 ans dans le même hôtel. Je suis en pause carrière car j’ai beaucoup travaillé et je suis fatiguée. J’ai encore régulièrement des contacts avec mes anciennes collègues. J’ai beaucoup de bons souvenirs. C’était parfois difficile, mais j’aimais mon travail parce que je l’avais choisi.