Extrait de "Nous racontons notre vie", Laeken, 2012-13

Mes grands-parents sont arrivés de Flandre à Bruxelles. Un de mes grands-pères était boucher, l’autre cheminot.

Enfant, j’ai d’abord habité à Schaerbeek, j’étais la petite pauvre du quartier et de l’école. Un souvenir marquant ? A 7 ans, dans les années 50, j’étais en deuxième primaire, la directrice savait que mon papa ne travaillait pas. Elle m’a fait venir dans son bureau et m’a donné un pull trop large en laine rêche, réservée aux petits déshérités, et des chaussures « d’handicapé ». Lorsque je suis retournée en classe, j’avais honte devant les autres d’être ainsi habillée. De retour à la maison, maman était très fâchée parce qu’elle était couturière, et que moi, j’étais toujours bien habillée !

Un an après, nous avons déménagé dans une habitation sociale, une maison de cité à Anderlecht. En fait c’était la maison de mon grand-père, cheminot. Du coup, nous devenions « les riches » ! J’ai découvert des familles avec douze enfants, des femmes et des enfants battus, des pères alcooliques …