• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Autres articles dans cette rubrique

    accessibilite

      fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

    Recherche

    Articles associés

    Je suis née en novembre 1945, dans une maternité située dans un faubourg de Mainz am Rhein. En raison du couvre-feu, ma maman partait tous les soirs à bicyclette à la maternité pour y passer la nuit. Mon papa était prisonnier des soldats américains, quelque part au sud de l’Allemagne. Ils étaient allemands et force m’est de constater que le sang qui coule dans mes veines est un mélange purement germain : hollandais, flamand–gantois, allemand. Durant mon enfance, l’appartenance au camp des vaincus a pesé bien lourd. C’est au cours d’un récent séjour avec mon mari, dans le Harz en Allemagne que j’en ai pris réellement conscience.

    Il y a 48 ans, dans le cadre des séjours de rencontres des jeunesses protestantes, j’avais découvert cette région sauvage de l’Allemagne. J’avais pu concrètement y voir la séparation des deux Allemagnes. En effet, lors d’une promenade hivernale j’avais vu les barbelés et les miradors. Mais surtout j’y avais rencontré de jeunes allemands, fiers de leur nationalité et nullement culpabilisés par les évènements de la guerre de 40-45. Ils regardaient devant eux et non en arrière. Malgré le fait que j’étais accompagnée de mon fiancé de l’époque, Gabriel, j’avais reçu des propositions masculines de Gunder : quitter la Belgique et revenir vivre dans ce qu’il appelait mon vrai pays. Malgré mes sentiments envers Gabriel, j’avais été tentée de tout quitter et de retourner chez moi car ce que me disait ce jeune homme me touchait au plus profond de moi-même. Lors de ce séjour, j’ai, pour la première fois, pris conscience avec acuité que, lorsque j’étais en Allemagne, j’étais libre d’être moi. Cela n’était pas toujours le cas, à l’époque, en Belgique.

    En effet, les propos de mon soupirant et de ses amis faisaient remonter des souvenirs pénibles de mon arrivée en Belgique et de mon enfance : interdiction de parler l’allemand dans les lieux publics, obligation de changer de prénom (mon prénom de naissance a une consonance trop germanique), injonction d’éviter de parler des vacances en Allemagne, injonction d’oublier l’allemand. Il fallait cacher tant de choses, ne pas aborder certains sujets, voire ne pas parler de ses parents, de sa famille et parfois en avoir honte. Par ailleurs, lorsque nous étions en vacances en Allemagne, notre oncle Karl, le frère de ma mère, nous poussait à nous montrer fiers d’être allemands. Quelle dualité : en Allemagne je me sentais bien, j’étais fière et de retour en Belgique je devais me taire, ne pas raconter, ne pas parler allemand.

    En grandissant, c’était pire. En effet, après avoir quitté l’école primaire communale de la rue de Bordeaux, mes parents m’ont inscrite dans un lycée bruxellois parce que ma tante y avait fait ses humanités. J’y rejoignais ma sœur. C’est dans cet établissement scolaire que j’ai découvert la haine. Pire, la haine d’un adulte, la haine froide et méchante pour un enfant.
    La proviseur s’appelait Mme L. Dès le premier jour, j’ai senti dans son regard, dans sa façon de me parler que quelque chose n’était pas normal. Grande, mince, les cheveux gris coupés courts, le regard froid, la voix tout aussi glaciale, elle m’a, un matin d’automne, appelée dans son bureau. Elle m’a annoncé que toute ma classe participait à une cérémonie au soldat inconnu mais, qu’étant donné mes origines, je n’y participerais pas car cela aurait été indécent.
    Je ne comprenais pas bien. En parler à la maison était exclu. C’est donc ma sœur qui m’a éclairée. Comme nos parents étaient allemands pendant la guerre, nous devions assumer leur faute. Oui mais laquelle ? Les camps de concentration ? J’ignorais ce dont il s’agissait. Ma sœur m’a éclairée. Nos parents avaient-ils participé à cela ? Mon oncle aussi ?
    C’est ma grand-mère (Oma) qui m’a expliqué quelques années plus tard lors d’un séjour à la Noël. Oma détestait Hitler et n’était pas d’accord avec les choix nationalistes de son fils. Mais elle comprenait les difficultés pour les jeunes de s’opposer et leurs intérêts pour tout ce que cette politique de propagande leur offrait : du sport, l’accès à la culture, des vacances… Ce dont ils n’auraient jamais pu bénéficier autrement. Elle détestait de voir ses enfants en uniforme de la jeunesse hitlérienne. Elle avait peur pour eux. Elle m’a expliqué que lorsque mon oncle Karl était jeune il croyait qu’Hitler avait rendu l’honneur à l’Allemagne et qu’il avait été fier de se battre pour son pays. Elle m’a aussi raconté les bombardements, les souffrances de la population, les lâchetés et les actes de courage.

    « Oui, mais les camps ? »
    Elle savait que des personnes étaient arrêtées et disparaissaient. Qu’il y avait des camps, mais pour elle c’était des camps de travail et pas d’extermination. Elle m’a expliqué qu’après la guerre lorsque des informations étaient données sur les camps, elle n’y croyait pas car cela lui semblait inconcevable. Et puis, me disait-elle, tant durant la guerre qu’après, chacun était en situation de survie et s’occupait d’assurer les besoins élémentaires de ses proches. Cela mobilisait toute l’énergie. Elle m’a raconté que ma mère et ma tante allaient voler du charbon, qu’elles roulaient des kilomètres à vélo pour vendre des tabliers et ramener des légumes et cela au péril de leur vie.
    « Oui, lui dis-je, mais cela ne justifie rien ».
    Ma grand-mère, femme pragmatique m’a alors dit: « Ce qui s’est passé est horrible et il ne faut jamais oublier que cela a été possible. Mais tu es jeune et tu dois regarder en avant et pas en arrière. Des horreurs, d’autres peuples en ont commis et en commettront encore. Réfléchis à ce que tu ferais si tu devais vivre dans un tel contexte. Tes parents ont participé à la guerre chacun à leur façon, ton oncle était dans les chars, ton père dans la DCA, ta maman vous faisait vivre en travaillant et en tentant de vous protéger lors des bombardements. Ils ont survécu comme ils pouvaient mais ils sont toujours restés humains. Ne l’oublie pas ».

    A 14 ans, j’ai changé d’école. Je n’ai plus été confrontée à la haine, mais parfois au rejet, en raison de mes origines.
    A plusieurs reprises, j’ai été tentée de retourner vivre en Allemagne. J’ai choisi de rester en Belgique, d’abord par amour pour Gabriel, et aussi parce que c’était trop compliqué de recommencer une nouvelle vie avec un enfant. En retournant dans le Harz il y a quelques mois, tous les souvenirs sont remontés à la surface. J’ai été très émue par ce regard en arrière. Je me suis souvenue de la chanson de Goldmann « Si j’étais né en 17 à Leidenstadt» . Je me suis souvenue des paroles de ma grand-mère et je me suis sentie sereine: j’ai la nationalité belge, je vis en Belgique, je m’y investis mais mon pays c’est l’Allemagne.

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  4806

      L’Allemagne et moi, par Margarethe

      6 décembre 2012, par jeanninek

      chère Margarethe
      tu termines ton récit en disant "mon pays c’est l’Allemagne "
      le pays où on a vécu son enfance restera pour toujours le lieu du coeur
      cela est valable pour tous ces étrangers qui sont arrivés hier, qui arrivent aujourd’hui en Belgique
      quand des jeunes écoliers nous parlent ils se racontent souvent en disant " dans mon pays" en évoquant le pays de leur famille d’origine
      Pourtant ils sont nés ici, ils ont la nationalité belge
      Rien ne s’efface !


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  4748

      L’Allemagne et moi, par Margarethe

      28 novembre 2012, par Paul

      Je suis très touché par le témoignage et la souffrance de Marguerite. Celui-ci nous permet de se rappeler toute la complexité des origines et des guerres.
      Mon père, de père verviétois et de mère allemande, âgé de 18 ans, a fait l’année 1918 sur le front de l’Yser. Il s’est donc battu avec ses frères de sang contre ses frères de sang.
      En 1929, sa belle-mère disait : "Et dire que mes petits-enfants auront 1/4 de sang allemand!"
      En 1939, père de 4 enfants en bas-âge, papa âgé de 40 ans n’est plus rentré en ligne de compte des rappelés.
      Né en 1942, mes parents m’ont choisi, comme parrain, un grand-oncle allemand qui n’a pas pu être présent au baptême. Plus tard, je n’ai pratiquement jamais entendu parler papa de son année passée au front en 1918, mais il nous amenait au Soldat Inconnu le 11/11 et y portait le drapeau de sa fraternelle.Avec les amis nous jouions régulièrement à la guerre, Allemands-Américains, étant une fois l’un, une fois l’autre.J’avais un grand ami, d’origine allemande, dans ma classe.
      En 1966,à 24 ans j’ai fait un séjour d’apprentissage d’allemand. Cours de langue le matin, de culture l’après-midi. A la fin des quelques moments passés avec un vieux professeur de musique à découvrir les merveilleux musiciens allemands, les larmes aux yeux, 21 ans après l’armistice, ce professeur a dit"J’espère qu’ainsi vous aurez compris, que tous les Allemands n’étaient pas Nazis de cœur". Je n’ai plus jamais confondu le peuple qui vivait en Allemagne et les initiateurs de la 2de guerre et de toutes ses atrocités racistes.
      J’ai toujours vécu avec beaucoup de sérénité cette double appartenance, mes parents entretenant l’amitié entre les peuples. La création de l’Union Européenne a été soulignée comme un temps fort de paix et de réconciliation.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  4744

      L’Allemagne et moi, par Margarethe

      28 novembre 2012, par Danielle defawe

      Personne ne peut nier ses racines. Parmi celles-ci, il en est des robustes et saines et d’autres plus fragiles, voire détériorées. A chacun d’assumer ce tout, en sachant que parfois, c’est le travail de toute une vie.
      Mon expérience, si tu permets que je la raconte, est bien différente de la tienne et pourtant j’y vois un point de rencontre.
      Née en 1947, mon arrivée fut fêtée après ces 5 années de guerre où mon père, officier de réserve, avait été prisonnier. Il parlait peu de cette guerre mais avait un album entier consacré à sa vie dans les camps. De mon enfance, je me souviens de son portrait en tenue militaire, de son humour lorsqu’il disait que ces 5 ans de captivité l’avaient vieilli prématurément de 5 années de vie tant cette expérience l’avait usé, de son estomac devenu délicat, de son odorat qui ne supportait plus l’effluve du chou, de son rejet des films de guerre, de son refus absolu de mettre encore le pied en Allemagne.
      Bien plus tard, je l’entendis parler d’un acte héroïque qui lui valut la Croix de guerre, je remarquai qu’il évoquait de temps à autre de la vie dans les camps ou plus exactement des actes de rébellion tels la fabrication de petites radios, je le surpris même avec mon aîné regarder "la septième compagnie" à la télé et rire avec lui des blagues des acteurs.
      Puis, vint un jour, quelques années après sa mort, où je franchis la frontière belgo-allemande pour un séjour d’une semaine de cyclisme du côté du lac de Constance. D’un coup, je me sentis déloyale en posant ce pied sur sol allemand. Mon cœur battait vite et ma tête tournait. Qu’étais-je en train de faire? A peine plus loin, nous nous arrêtons devant un grosse ferme. Une pancarte attira mon attention. Il était inscrit qu’avait habité, là, une famille allemande qui avait recueilli des Juifs. Oui, cela aussi avait existé. En saisissant l’histoire dans sa globalité, j’avais franchi un cap, celui d’une paix nouvelle où je pouvais concilier et l’expérience de ma famille et celle des peuples.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  4753

        L’Allemagne et moi, par Margarethe

        28 novembre 2012

        Ces trois témoignages m’ont touchée très fort. Née an Allemagne de parents allemands, mon père était même membre du parti nazi, j’ai vécu mon enfance en France. Ma famille s’y était installée an 1948, après la libération de mon père de la prison de guerre. Dès que j’ai accédé à une sorte de conscience politique, j’ai été assaillie par les crimes de mon peuple. J’ai souvent caché ma nationalité. Je vis maintenant depuis longtemps en Belgique où j’ai trouvé un emploi auprès des institutions européennes. Et par la suite des amis, amies et amitiés. Je suis consolée de voir que le monde a quand même change. Merci
        Rosemarie


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

        • message  4804

          L’Allemagne et moi, par Margarethe

          2 décembre 2012, par lucienne E.

          Oui, Rosemarie, j’ai été très touchée d’écouter lors de nos lectures, la souffrance ressentie par toute une génération d’enfants avec ce lourd héritage nazi. Et pourtant vous n’y étiez pour rien. C’est en partageant cela avec notre groupe et aussi combien le quotidien du peuple allemand était tout aussi pénible que le nôtre, que des liens vrais, sincères se sont noués. Tu es pour nous la concrétisation, la réconciliation de cette Europe dans laquelle tu t’es investie. Merci à toi. En toute amitié. Lucienne.


          Forum sur abonnement

          Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

          [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut