• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Autres articles dans cette rubrique

    accessibilite

      fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

    Recherche

    Articles associés

    Nous sommes en novembre 1925. J’ai environ 5 ans et demi. Je vais à l’Institut des Sœurs de la Providence. J’aime l’école et les enseignantes habillées de noir et blanc selon la coutume de l’ordre.

    Nous attendons toutes avec fièvre la venue de Saint-Nicolas. Je raconte à mes camarades de classe incrédules que le grand Saint est déjà passé plusieurs fois chez moi. En effet parfois à mon réveil j’ai la surprise de voir à côté de mes pantoufles quelques sucreries inconnues dans les magasins où j’accompagne parfois Maman. « Tu vois », me dit-elle, « c’est bien une fabrication spéciale que le grand Saint apporte. » Comment ne pas le croire surtout quand c’est Maman qui le dit. Bref la Saint-Nicolas approche et la fièvre de l’attente aussi. Que vais-je recevoir ?

    Sœur Denise nous annonce son arrivée. Dans l’école il y a une petit salle de théâtre avec une scène surplombée d’un rideau de velours rouge. Au-dessus de la scène trône un écusson avec écrit en lettres d’or « Dieu-Patrie ». La scène est petite avec, en son centre, un escalier de quelques marches. C’est là qu’en retrait le fauteuil du grand Saint sera installé.

    Le grand jour arrive. Dans la salle, les classes sont groupées par année. Le rideau est levé. Saint-Nicolas est au centre avec, à ses côtés, deux fillettes avec ailes blanches les bras en croix sur la poitrine. Un honneur réservé aux plus sages !

    A sa droite, un très grand panier en osier avec les cadeaux. Près du panier, une religieuse : elle tient en main une liste avec le nom des élèves et probablement à côté le commentaire à faire pour chaque personnalité qu’elle souffle discrètement à l’oreille du grand Saint !

    Passent en premier les plus petits. L’attente est longue. Enfin vient notre tour. Mon nom est appelé. Je monte le petit escalier, je fais la révérence. De la main, il me fait signe de m’approcher : il me dit en me grondant que je suis une grande bavarde et qu’à l’avenir, il faudra que je me surveille. Je dis oui, je promets puis je reçois mon cadeau des mains de la religieuse. Tremblement et stupeur : l’objet est enroulé, c’est de la feutrine rouge que la religieuse déroule et attache à mon cou avec des lacets cousus aux extrémités de la chose et c’est … une grand langue pointue qui me descend jusqu’au milieu du ventre ! Je suis plantée sur cette scène devant toutes les classes rassemblées. Je suis la risée. Je baisse les yeux. Je regarde cette pointe rouge : c’est comme un poignard qui me transperce. Chose curieuse, je ne subis pas l’humiliation tant ma déception est grande. Je ne pleure pas et je redescends l’escalier. A la suivante. Je n’entends plus rien, j’ai envie de fuir.

    Tout le chemin du retour, je pense à la maison : que va dire Papa ? Lorsque je rentre, Maman demande : « alors, qu’est-ce que Saint-Nicolas a apporté à l’école ? » Péniblement je sors l’objet et j’explique la scène. Que va dire Papa ?
    « Papa ne saura rien », répond Maman. Et joignant le geste à la parole, elle ouvre aussitôt le couvercle de la cuisinière et y jette le cadeau empoisonné qui disparaît sans laisser de traces !
    Sauf dans ma mémoire.
    Puis Maman se met à chanter – j’aime quand elle chante – elle a une jolie voix. C’est une chanson pleine d’à-propos. J’en ai retenu une partie :

    Pourquoi Dieu nous met-il sur terre une langue et des yeux ?
    Ce que je vois, je le raconte
    Qu’y a-t-il de mal à cela ?
    Du mal, aller donc
    C’est un conte
    J’aime à parler et voilà

    Le langage pourtant semble indispensable pour qu’une conscience existe.

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  4201

      Ma Saint-Nicolas à l’école en 1925 par Maggy T.

      29 août 2012, par Framboise

      Juste et belle écriture de ce vilain souvenir ! Heureusement la fête de St Nicolas dans les écoles, n’est plus, actuellement, qu’une brève visite et le "cérémonial" qui pouvait prendre des allures de poteaux d’exécution n’existe plus ! La part d’enfance qui reste en moi, est touchée par la sensibilité de ton écrit ! Merci pour ce partage Maggy ! Les gens silencieux m’ont toujours ennuyée !


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  2580

      Ma Saint-Nicolas à l’école en 1925 par Maggy T.

      14 décembre 2010, par Grieg

      Chère Maggy,
      Ce châtiment public a dû être terrible pour une si jeune enfant. Mais c’est aussi la révélation que vous aviez un ange gardien, votre mère qui a su réparer et vous redonner confiance en vous.
      Hélène R.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  2577

      Ma Saint-Nicolas à l’école en 1925 par Maggy T.

      3 décembre 2010, par Annie Boisdenghien

      Je ne vous connais pas mais j’ai envie de vous dire du Chère Maggy.Je trouve offensant le comportement peu charitable des nonnettes à cornettes. Faire subir en public à une de leurs ouailles l’affront du cadeau de la " longue langue rouge " en bavette, quel manque de psychologie élémentaire! Bravo pour la réaction de la petite fille qui est restée digne sans pleurer et bravo pour la maman qui a eu le bon réflexe de jeter la pseudo-langue au feu de la géhenne.
      Annie B


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  2576

      Ma Saint-Nicolas à l’école en 1925 par Maggy T.

      2 décembre 2010, par Nicole M.

      Merci Maggy que je ne connais pas pour cette histoire très impressionnante. Je pense que j’aurais pu recevoir le même cadeau car j’étais aussi une grande bavarde. C’est pourquoi en classe, on m’avait installée seule à un banc dans la rangée des bavardes. Il y en avait trois.
      Quand à St-Nicolas (mon patron, je m’appelle Nicole), il m’est apparu à la maison un soir dans un concert de bruits épouvantables. En réalité, c’est le voisin, bien déguisé, qui s’était introduit dans la maison et pour manifester sa présence avait, avant de disparaître, jeté une bonne poignée de noix au milieu de la pièce. Ce fut une grande peur mais pas d’humiliation.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  2573

      Ma Saint-Nicolas à l’école en 1925 par Maggy T.

      29 novembre 2010, par jeannineK

      en lisant ton récit, Maggy, je ressens une forte émotion
      tu fais si bien passer ce moment d’extase, de patience et de tristesse de tes cinq ans
      c’est vrai que certaines petites , un peu turbulentes , recevaient un morceau de charbon à la place du cadeau
      tant attendu
      les "chères soeurs" faisaient trop souvent preuve d’une rigueur excessive sans tenir compte de la candeur émerveillée des petits enfants
      pour beaucoup d’entre nous , heureusement, la St nicolas évoque des merveilleux souvenirs
      essayons de faire en sorte que cela le reste aussi pour nos petits enfants
      JeannineK


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut