• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Je m’étonne chaque jour, ou plutôt je m’étonnais encore en 2006, d’avoir 85 ans. L’année passée, je faisais encore 1 km de crawl quotidiennement de mai à octobre dans la piscine privée de mon immeuble à La Napoule. J’étais le doyen du Conseil Syndical de la copropriété de quatre cents appartements dans un parc toujours fleuri prolongé par un merveilleux panorama. J’avais pourtant déjà la charge complète du ménage car la santé de ma femme et diverses fractures l’ont brusquement condamnée au fauteuil, en 2005. Pour cette raison, depuis octobre 2006, nous nous sommes réfugiés dans notre pays retrouvé mais déchiré ! Je n’ai aucun handicap : pas d’arthrose, pas de douleurs d’aucune sorte, sauf si je marche plus de trois cents mètres sans l’aide d’une canne. Celle-ci constitue d’ailleurs un atout : à leur vue, des jeunes, (plus souvent filles) me cèdent leur place dans les transports publics. Ce n’était pas ce qui faisait se croiser nos regards jadis.

    Dans ce qu’on appelle par euphémisme « Maison de repos et de soins », même si nous vivons et mangeons dans notre appartement de 55 m2, au milieu des quelques meubles que nous avons gardés et de nos tableaux, nous sommes entourés de personnes dans un état pire que la mort qui les délivrerait. J’hésite à sortir à certaines heures car je dois passer entre deux haies de fauteuils roulants ! Cela me convainc de ce qui m’attend probablement et surtout ce que risque ma femme à brève échéance. J’assiste à la dégradation physique lente mais inéluctable de celle qui m’a donné 65 ans de bonheur. Ma sour a eu la chance de mourir subitement à 75 ans, en pleine santé. Sa fille nous est d’un grand secours.

    Ma femme reste bloquée dans son fauteuil, refusant toute activité, lecture, mots-croisés. Atteinte d’une maladie dégénérative voisine de Parkinson, elle a fait plusieurs chutes et hier encore, cette fois à cause du manque de prévenance du personnel soignant ! Je vis dans l’angoisse de la prochaine.
    Il lui arrive de s’étonner que je n’aie plus l’humeur joyeuse qu’elle m’a toujours connue ! J’étais - je fus - viscéralement optimiste.

    Mes journées sont entièrement calquées sur les siennes du lever au coucher. Les heures qu’elle m’impose ne me conviennent pas du tout. Mes résolutions de marcher chaque jour une heure sont tombées à l’eau (de la pluie belge) et en présence d’un environnement immédiat, certes assez vert, mais qui n’est que collines, rues en pente raide ou trottoirs casse-pipe. Même par beau temps, je renonce souvent à une demi-heure, voire vingt minutes de sortie.
    Je suis toujours capable de nager mille mètres sans m’arrêter, comme je l’ai tenté deux fois à la piscine Longchamp. Mais le déplacement que cela impose me décourage de persévérer. Je ressens une grande et insurmontable lassitude car mes activités de garde-malade permanent sont épuisantes.

    Une seule chose me sauve du désespoir intégral : mon ordinateur et l’Internet lorsque je peux y consacrer une demi-heure sans être interrompu. Ils comblent mon goût increvable pour l’écriture, permettent mes coups de gueule, apaisent ma soif de nouvelles connaissances, rendent possibles des contacts originaux. Et là, je ne saurais jamais assez vous remercier de m’avoir fait découvrir Magusine !

    J’ai voulu aussi garder une activité sociale en me joignant au groupe de lecture de l’APA. J’y ai rencontré un nouvel ami dévoué : Louis Van Nieuwenborgh. Il me conduit aux réunions. Je lis des manuscrits et rédige des Échos de lecture. J’écris aussi le dernier chapitre de mes dernières années de bonheur ; ce sont les seuls moments où je vis réellement, car ce sont les meilleurs anxiolytiques.

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  1444

      Jean Nicaise, 86 ans : témoignage sur "l’âge avancé"

      3 décembre 2009, par Souris verte

      4 octobre 2009 à 18h52min / boutahar bilal IDU
      Bonjour Monsieur Nicaise, J’ai aimé partager votre histoire. Toutes mes condoléances pour votre femme. Vous devriez changer vos idées et faire plus d’activités et moins vous focaliser sur votre ordinateur. J’ai été sensible à ce que vous avez écrit sur vos sentimens, sans être toujours d’accord avec votre façon de voir la vie, même si je le respecte tout à fait. Bien à vous Monsieur Jean Nicaise.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  1437

      Jean Nicaise, 86 ans : témoignage sur "l’âge avancé"

      3 décembre 2009, par Souris verte

      1er octobre 2009 à 17h17min / kinou — kinou99@hotmail.com
      bonjour
      je mappel kinou je suis a l’ IDu
      je suis surper etonner de votre parcoure il y a plus beaucoup de personne qui font encore sa a cette age la comment vous faites pour tenir comme sa ?


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  1045

      Jean Nicaise, 86 ans : témoignage sur "l’âge avancé"

      18 juillet 2008, par Michel BIART

      Cher monsieur Nicaise,
      Comme votre correspondante précédente, j’ai lu votre contribution dans "Et la lessive". J’avais déjà eu la chance de lire vos deux ouvrages vendus lors de la foire du livre, au stand du Grand Orient. J’ai lu le livre sur vos souvenirs d’étudiant à ma maman de 93 ans, incapable de voir suite à des troubles nerveux. Deux personnes et moi lui assurons une présence continue, ce qui nous permet d’éviter un placement. Ayant visité une maison de repos "modèle" après la mort de mon père, en 1996, je me suis rendu compte du caractère profondément déprimant d’un tel type d’endroit et me doute de ce que vous pouvez éprouver.
      Je vous souhaite de continuer encore longtemps vos activités. Me permettrez-vous d’espérer que la spiritualité maçonnique vous soutienne. Comme protestant libéral, j’ai été sensible à ce que vous avez écrit sur ce thème, sans être toujours d’accord avec vos points de vue, mais c’est secondaire.
      Bien à vous
      Michel Biart


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  1014

      Jean Nicaise, 86 ans : témoignage sur "l’âge avancé"

      6 juin 2008, par Alice Jadin

      Bonjour Monsieur Nicaise,
      J’ai aimé votre texte. Je m’y retrouve un peu dans la première partie…pas de handicap majeur, pas " trop" d’arthrose et marche devenant pénible à partir de + ou - 300 mêtrs.
      Je suis seule et tout en restant comme vous viscéralement optimiste, je perds parfois cette humeur joyeuse qui fut la mienne longtemps.
      Ce découragement qui vient sournoisement vous souffler dans l’oreille que la piscine est trop loin, qu’ il fait désagréable dehord…ou trop chaud, ou trop froid, ou trop "mouillé"…il m’arrive aussi de le connaitre.
      Gout increvable pour l’écriture? Lectures multiples? oui…encore oui…
      Je vous ai rencontré à Bruxelles lors de la présentation du dernier livre " Et la lessive?" je peux donc mettre un visage sur vos textes.
      Continuez à écrire, à avoir des coups de gueule,à partager vos émotions c’est ce qui pourra ralentir l’avancement inexorable du temps.
      Amicalement. Alice Jadin
      alice.jadin@skynet.be


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut