• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Autres articles dans cette rubrique

    accessibilite

      fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

    Recherche

    Nous sommes fin août 1999 ; ma dernière rentrée des classes est imminente ; ma dernière année sera courte : j’aurai 60 ans le 11 novembre et je serai donc pensionné le 30 de ce mois (la loi prévoit qu’un enseignant peut accéder à la pension le dernier jour du mois où il atteint ses 60 ans).
    Je n’ai aucune envie de prolonger ma carrière ; voilà déjà plusieurs années que la rentrée des classes est un moment stressant dans ma vie ; je n’ai pas cette autorité naturelle qu’ont, semble-t-il, certains de mes collègues et je dois compenser ce manque par une dépense accrue d’énergie qui me pèse davantage chaque année.
    Je me rappelle avec nostalgie cette époque où je voyais approcher la rentrée avec enthousiasme : je me réjouissais de retrouver mes élèves et j’étais heureux de reprendre les cours.
    Maintenant, j’ai de plus en plus de doute quant à mon utilité ; l’amertume et le découragement s’insinuent progressivement en moi ; à cela, s’ajoute que je m’interroge de plus en plus sur la légitimité de l’autorité et sur mon droit à l’exercer. Il faut encore prendre en compte une fatigue physique qui se traduit surtout par un affaiblissement de la voix et un léger mal de tête qui se manifeste dès le matin. Bref, c’est pas la joie.
    Dans les derniers jours du mois d’août, au fur et à mesure que la rentrée approche, je suis sujet à des crises d’angoisse de plus en plus fortes.
    Une crise d’angoisse ? une sensation d’oppression dans la poitrine, le souffle court, haletant , l’estomac se tord, l’intestin se noue, une envie permanente d’aller à la toilette, à la limite de la colique…. . C’est comme si votre corps vous lâchait , comme un édifice dont le fondations cessent d’exister brusquement, laissant tout le reste en l’air sans appui….c’est l’effondrement total… .
    C’est insupportable !
    Je consulte une psychiatre que je connais ; je voudrais éviter de prendre des médicaments ; elle ne désire pas en prescrire : on parle ; ça va un peu mieux.
    Il est question d’un certificat médical mais elle est sur le point de partir à l’étranger pour un l mois au moment où je vais avoir le plus besoin d’aide ; consciente du problème, elle me propose ceci : « je vous fais un certificat d’incapacité de travail non daté ; vous recommencez les cours et vous utilisez le certificat si vous en avez besoin, quand vous voulez ».
    Je n’ai pas besoin de réfléchir, je refuse immédiatement : « ça, c’est bien les psy ; c’est vraiment crapuleux ; vous me mettez le poids de la décision sur le dos alors que je suis précisément incapable de prendre quelque décision que ce soit dans l’état où je suis ».
    On discute encore un peu et, finalement, on décide que je ne reprends pas le cours et elle me fait le certificat immédiat. Je suis soulagé mais aussi un peu triste : j’avais préparé mes cours, j’étais prêt, je voulais travailler mais c’est mon corps qui m’a lâché !
    J’en garde un sentiment de regret, une impression d’inachevé comme si j’avais terminé ma carrière sur un fiasco.
    Si ma psy n’était pas partie à l’étranger à ce moment là, je crois que j’aurais essayé et, peut-être, réussi ; si…. si .. ; .

    Allez, parlons d’autre chose.

    Clodomir

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  963

      Ma dernière rentrée des classes ...par Clodomir

      7 avril 2008, par Jean N.

      Je lis seulement maintenant votre récit de 2006, Clodomir. L’angoisse de la rentrée, d’autres professeurs, sans doute, en ont souffert, comme vous. Je comprends que lors de vos dernières années, vous ayez appréhendé de retrouver des adolescents de moins en moins respectueux. Mais il fut un temps où, dites-vous, vous repreniez le collier avec enthousiasme, heureux de retrouver vos élèves. Cet enthousiasme, je ne l’ai jamais perdu pendant les seize années où j’ai enseigné dans le secondaire. Dès mon premier poste, comme raconté dans « Témoignages de passé », j’étais tout feu tout flamme. Ensuite, chaque année, j’aimais rencontrer les « petits » de sixième, comme on disait alors, auxquels j’allais infliger le latin, retrouver mes « grands » du cycle supérieur qui allaient subir mon cours de français.
      L’angoisse de la rentrée m’a gagné lorsque j’ai été nommé Préfet des Études dans un autre établissement, en1966. Ce nouveau métier, moins fatigant physiquement, était bien plus éprouvant du point de vue psychique. La responsabilité d’un établissement de 700 élèves et de 70 professeurs est écrasante. Un collègue, ancien dans la profession, m’avait prévenu : « Ah vous avez voulu une promotion flatteuse ? Vous allez surtout vous occuper des chasses de cabinet. Vous auriez mieux fait de rater le concours ! » C’était une manière pittoresque de me dire que l’intendance prendrait le pas sur la pédagogie. En outre, je ne verrais plus d’élèves face à face que ceux que des professeurs sans autorité m’envoyaient pour que je les réprimande. J’étais devenu le croquemitaine de service. Avec les professeurs, mes rapports sont restés heureusement agréables, voire cordiaux, sauf rares exceptions.
      En 1970, j’ai installé le « Rénové » à l’efficacité duquel je croyais. J’avais d’excellents professeurs aussi convaincus. Mon athénée ferait partie du deuxième groupe d’établissements volontaires de l’« expérience ». La déception est vite venue pour les professeurs et pour moi. C’est alors que j’ai connu les pires angoisses et frôlé la dépression. Le ministère n’a tenu aucun compte des observations des « expérimentateurs ». Après ceux-ci, je crois que plus aucun établissement n’a intégré le rénové de sa propre initiative. La résistance a même été vive. L’enseignement en Wallonie occupe une place honteuse dans les statistiques européennes.
      J’ai aussi pris ma retraite à 60 ans en 1981, avec soulagement. Mais j’avais été un prof heureux ! Toutefois je rêve encore que je dois reprendre du service et comme vous, « je dois donner cours mais j’ai perdu mes notes ou mon cartable, ou je ne trouve pas le local ou je ne trouve pas les élèves », car j’ai perdu mon horaire;
      Jean N.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  476

      dernière rentrée

      5 septembre 2006, par Françoise

      Oh! Clodimir… ta dernière rentrée m’a rappelé bien des souvenirs et plus particulièrement certains cauchemars.
      Moi aussi, la rentrée m’angoissait, mais j’y pensais le moins possible pour savourer jusqu’à la dernière goutte l’insouciance des vacances. Je ne préparais jamais rien pour me jeter, début septembre, tête la première dans ma classe, comme on plongerait en frissonnant d’avance dans une eau glacée. Chaque année, je le savais, mes réflexes de nageuse revenaient et je faisais vite surface.
      N’empêche! l’appréhension repoussée pendant la journée me rattrapait la nuit. Ah! les cauchemars de la rentrée, ces jolis rêves d’angoisse si limpides, si clairs… Premier septembre, j’accueille ma nouvelle classe de grands ados lorsque je m’aperçois, avec horreur, que j’ai oublié de m’habiller : je suis totalement nue sur mon estrade! Morte de honte, je recule, recule et finis par m’enfoncer dans le placard. Réveil le coeur battant et la sueur au front…
      Un autre rêve a ponctué ma carrière de prof. Je n’aurais jamais passé —ou réussi— un examen de science, physique ou chimie. Il me faut donc représenter cette épreuve pour valider mon diplôme. La perspecive des volumes remplis de formules bizarres et de lois tordues suffit à m’éveiller.
      Il me faut faire une aveu, mais chut! ne le répétez pas… Je n’ai jamais étudié beaucoup de physique et n’ai suivi qu’un trimestre de chimie. A la première leçon, nous avions dû étudier par coeur le "tableau de Mendeliev". Je n’y étais jamais parvenue… Mes efforts et connaissances en chimie en sont restées là… mais ne le dites à personne!
      En 2003, je prenais ma retraite. Pour la circonstance, mon inconscient m’a gratifiée d’une petite variante… Non! non! mon examen de chimie n’avait jamais été réussi, mon diplôme n’était donc pas valable et je n’avais, par conséquent, aucun droit à ma pension. Je passais le reste de la nuit à faire des calculs et élaborer des stratégies de survie. Merci, docteur Freud!


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  822

        dernière rentrée

        26 septembre 2007, par clodomir

        Oh! Les rèves! Ils me poursuivent encore plusieurs années après; je dois donner cours mais j’ai perdu mes notes ou mon cartable, ou je ne trouve pas le local ou je ne trouve pas les élèves ou je fais plein d’erreurs en présence de mon directeur (ancien, quand j’étais élève ou mon patron de thèse à l’unif ou un de mes directeurs ultérieurs) ou … .Bref, je suis incapable, ma situation est dramatique et (ou) ridicule…
        Heureusement, je finis toujours par me réveiller; ouf ce n’était qu’un rève….
        C’EST FINI!


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  964

        Ma dernière rentrée des classes ...par Clodomir

        8 avril 2008, par Jean N.

        Ah, les rêves !
        Je lis, Clodomir, la réponse que vous a faite Françoise en 2006. Curieusement, je rêve aussi que je n’ai pas passé les examens de physique et de chimie de rhéto et que je n’ai pas mon certificat d’humanités.
        Je n’ai jamais rien compris à la chimie telle qu’on l’enseignait ex cathedra dans mon athénée. Rien que des formules absconses et quelques rares expériences qui rataient souvent! Comme en physique, j’étudiais la théorie par cœur. Je pouvais donc tout juste passer de classe sans jamais parvenir à réussir le problème inédit qui terminait l’examen. Dans un autre rêve, je me vois en avant-dernière année d’humanités. Les examens approchent et je n’ai pas assisté aux cours de sciences de toute l’année. Aucun condisciple ne peut me passer ses notes car ils sont tous en train de réviser. Je vais devoir redoubler et donc encore rester un an de plus dans l’horrible pensionnat où j’ai réellement vécu cinq ans.
        Alors, je dois faire une confidence. C’est vrai! Je n’ai pas passé les examens de sciences de rhéto ! C’était en 1940, au retour de l’exode en France. Les professeurs de sciences n’étaient pas là, prisonniers de guerre, je pense ; les circonstances étaient telles que j’ai tout de même obtenu le diplôme et le fameux certificat homologué grâce à mes bons résultats en langues, j’imagine. J’ai pu entrer à l’ULB pour faire, vous vous en doutez, des études littéraires…
        Mais en 1941, les cours étaient suspendus! Après maintes péripéties, Jury Central, etc, j’ai terminé ma licence de philo à l’ULB, en 1945. Ces avatars font l’objet d’un livre "L’Etudiant chahuté" que j’ai publié en 2005. Comme prof, heureusement, je ne l’ai jamais été, mais je rêve encore parfois, vingt-cinq ans après le retraite, que je le suis !


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  472

      Ma dernière rentrée

      1er septembre 2006, par Jacqueline Bouzin

      Cher Clodomir,
      Merci pour ce partage angoissant de ta dernière journée de cours. Ouf, c’est fini maintenant !
      N’aie pas de regrets : je suis certaine que tu as communiqué le goût des sciences à plusieurs élèves. Et surtout, tu leur as donné l’exemple d’une personnalité authentique qui réfléchit et recherche la vérité. C’est l’essentiel.
      Quand au problème de l’autorité, si j’en reviens à l’étymologie, "augere" elle n’est qu’un moyen mis au service de nos élèves pour augmenter leurs possibilités de se former.
      Bien amicalement. Jacqueline.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut