• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Quatre fois vingt, plus quatre semestres et me voici à 82 ans, âge que je n’arrivais pas à apercevoir, même sur la pointe des pieds, tellement il me semblait lointain et improbable.

    Depuis un certain temps, je suis étonnée autant qu’amusée par des marques de respect et de déférence, qui me disent clairement combien pour les autres je suis devenue "une vieille dame" à ménager. Même si l’on proteste: " tu ne fais pas ton âge ! je voudrais vieillir comme toi !". Il est vrai que malgré mon visage fatigué et ridé, et mes cheveux blancs, je garde une bonne santé, une allure encore alerte et une vie active. Du moins par comparaison à d’autres… J’ai beaucoup de chance et je ne peux que dire merci.

    On commence à sentir que l’âge a fait un grand bond en avant au moment de la retraite. Dans mon cas, cela a été une pré-retraite, à 58 ans. Mon mari avait pris la sienne trois ans plus tôt. Lui qui travaillait depuis ses 14 ans, était heureux de pouvoir enfin faire ce dont il avait envie: écouter de la musique, filmer en amateur, voyager, flâner, ne pas être talonné par sa montre. Moi, je travaillais toujours et de plus en plus. Nos deux vies risquaient de devenir trop divergentes, je décidai d’arrêter. Avec toutefois une pointe d’inquiétude: "n’allons-nous pas enfiler nos pantoufles, ronronner, vivre à l’écart dans notre coin?". C’est peut-être ce qui, inconsciemment, a provoqué dans mon corps un tas de petits malaises qui n’étaient pas coutumiers: maux de tête, perturbations digestives, cœur qui s’affole. Il faut du temps pour trouver son rythme de croisière, se faire une place au soleil, se créer de nouvelles occupations et de nouveaux intérêts. Surtout découvrir la joie de cette liberté toute neuve.

    Je commençais à me sentir bien quand brusquement tout s’est arrêté. Par un bel après-midi du mois d’août, en finissant une partie de scrabble, mon mari s’est plié en deux sous le choc d’une douleur violente. Quelques minutes après c’était la fin. Heureusement j’étais à la maison et près de lui, mais n’aurais-je pas dû prendre au sérieux des signes avant-coureurs ? N’aurais-je pas pu deviner ce qui se préparait ? Combien de questions angoissantes me suis-je posées !

    Me retrouver seule a été un nouveau palier dans la progression de l’âge… Comme si au beau milieu d’une danse l’on se retrouvait avec une poupée inerte dans les bras. Ou en pleine chanson à deux, la voix de l’autre se brisait, ne nous laissant entendre que l’écho de notre propre voix. Ce silence, cette absence, cette envie de découvrir un autre moyen de communiquer! Malgré nos différences et nos disputes - et il y en avait! - je me suis sentie vide, comme amputée. Je pleurais dans la rue, dans le métro, je lisais sans comprendre, je regardais la TV en me demandant comment pouvait-on faire des films aussi bêtes… Il m’a fallu longtemps pour retrouver le plein goût de la vie.

    La mort est une réalité très présente dans ce qu’on appelle pudiquement le troisième ou le quatrième âge. Mort de ceux qui ont fait avec nous un bout de chemin: parents, compagnon, amis, de plus en plus nombreux, dont on garde le souvenir. Non pas comme une photo jaunie par le temps mais en sentant ce qui d’eux vit encore en nous. Ils me semblent constituer une part de moi-même et une famille qui m’attend de l’autre côté quand viendra mon tour. Car ma mort est au coin de la rue, j’y pense souvent comme à un délai inévitable et proche. Sans peur, je crois, mais avec une certaine curiosité. Savoir enfin… Ce qui m’inquiète le plus c’est le comment, au bout de quelle maladie, de quelle déchéance, de quelles dépendances ?

    Entre-temps, je vis et j’ai le bonheur de découvrir des choses nouvelles à faire: la poterie, l’écriture, le métier de grand’mère… Quatre petits-enfants m’ont adoptée et je suis leur Mamie brésilienne. De l’autre côté de l’Atlantique, la famille s’agrandit: douze arrière-petits-neveux et nièces forment la sixième génération qu’il m’a été donné de connaître. Puis il y a les amis, la nature, le rêve réalisé d’un beau voyage au Guatemala, le quotidien ouvert aux imprévus.

    Toute cette richesse m’a permis de dire, il y a quelque temps, que j’avais l’impression de vivre maintenant "un été indien". Avec l’âge on se sent plus libre. On a le temps, on ose s’exprimer, on a envie d’écouter et d’entendre. De comprendre. On se fait plus tolérant. La difficulté est parfois - ou souvent - que l’on se sent dépassé. Tout va si vite, tout change: les rues, la ville, les moyens de communication, les connaissances, les techniques, le langage et surtout, surtout les valeurs. Quel dinosaure suis-je devenue ? Quelle place est la mienne dans tout cela ? Que puis-je encore faire ? En refusant d’avoir un ordinateur et d’apprendre à m’en servir, est-ce que je ne deviens pas "analphabète" ?

    Mais le grand âge donne envie d’être plutôt que de faire. Peut-être parce que nous n’en avons plus les moyens ni même le courage. Il reste alors à vivre le mieux possible ces dernières années, heureuses et difficiles. En étant ce que nous sommes. En allongeant les branches de notre arbre pour que plus de gens y trouvent ombre et réconfort. En nous préparant à ce qui vient et qui - heureusement - est de l’ordre de l’inconnu et de la confiance aveugle. Ne serait-ce pas cela retomber en enfance ?

    Yolanda Bettencourt Thomé

    Photo: www.volavue.com/ automne.htm.

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  944

      Quatre fois vingt ans et plus ... par Yolanda

      13 février 2008, par hayatt

      Bonjour, je m’appelle hayatt et je suis étudiante à l’Institut Des Ursulines. Je n’ai que 19 ans et comme vous il y a quelques années, je n’arrive pas à apercevoir mes quatre fois vingt ans. Votre magnifique message nous fait prendre conscience que la vie n’est pas éternelle et qu’il faut en profiter. On se rend compte que l’âge qu’on n’arrive pas à apercevoir vient très vite et plus le temps passe plus nos compétences diminue. Merci pour ce beau message, et merci de m’avoir ouvert les yeux. Bonne continuation pour tous ce que vous entreprendrez. hayatt


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  343

      Quatre fois vingt ans et plus ... par Yolanda

      17 janvier 2006, par Shanti

      Merci pour ce joli texte.
      Du haut de mes 26 ans et avec tout l’amour et la tendresse que je porte à mes grands parents, je suis heureuse de recevoir une part de la réflexion d’une dame qui s’exprime sur des sujets auxquels chacun est soumis tels que le temps qui passe, la séparation, la mort (qui reste un tabou très peu abordé)…
      merci, je suis vraiment touchée.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  340

      > Quatre fois vingt ans et plus ... par Yolanda

      4 janvier 2006, par Nenetttr

      MERCI, chère Yolanda,pour mes bientôt 4x20 qui grâce à ton récit relèvent un peu la tête ,déjà courbée par le désenchantement!.Car vieillir n’est pas le résultat d’un choix mais d’une fatalité dont chaque jour je découvre l’ampleur.J’ai eu la chance de garder longtemps un âge indéfinissable dont je me gardais bien d’en soulever le voile, trop fière de cet aspect qui n’était pas non plus le résultat d’un choix mais qui m’était offert avec tout ce qui l’accompagnait:grands et petits enfants et de plus un compagnon merveilleux qui sans être mon "officiel" pouvait s’ouvrir à mon quotidien, heureux ou malheureux, avec une chaleur humaine dans laquelle je puisais mon énergie et ma joie de vivre.Et puis la mort l’a atteind elle aussi et l’ont fait rejoindre dans mon souvenir tous ceux qui ont fait avec nous un bout de chemin et qui déjà nous préparent à notre départ définitif. Comme toi, chère Yolanda je suis soucieuse d’en connaître les circonstances ;pas question de choix- elles sont de l’ordre de l’inconnu et…d’une confiance aveugle,??? Difficile à appliquer car comme le furet (voleur) elle court elle court ..J’attends toujours impatiemment tes textes ! Ecris encore souvent ! Avec toute mon amitié .. . : NENETTE


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  335

      > Quatre fois vingt ans et plus ... par Yolanda

      25 décembre 2005, par anne marie falise

      yolanda, votre message tres beau représente si bien ce que nous éprouvons tous;cet étonnement devant les premières marques de déférence, l’angoisse de na pas savoir comment sera le le bout du bout mais aussi la soif de connaitre et de faire le plus de choses possibles et ce besoin d’etre , tout simplement, ce que nous sommes.merci . Soyez hereuse.anne marie falise


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut