• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Autres articles dans cette rubrique

    Comment vous dire ?
    Comment vous dire ? Quels mots choisir pour que vous compreniez la formidable passion qui m’habite ? Pour que vous en saisissiez toute l’étendue ? Ô, cela n’a pas été un coup de foudre…

    Cet amour s’est installé, au contraire, tout doucement presque mine de rien, en catimini. Comment vous faire partager cet emballement, cette urgence qui fait partie de moi ? Comment vous décrire de quelle façon cela s’est enraciné au coeur de moi ? Par où commencer ? Justement, parlons donc du commencement.

    Le milieu d’où je viens est un milieu très modeste. Ma famille n’est pas une famille aisée. Comme la majorité des familles québécoises de l’après-guerre, elle trime dur pour survivre. Rien n’est gagné d’avance. Et, comme dans plusieurs foyers modestes, le degré d’instruction n’est pas très élevé. Mais, il n’est pas complètement absent. Mon père et ma mère ont terminé chacun leur neuvième année, enfin, je crois… Le premier a ensuite commencé à gagner sa vie et ma mère, tout en aidant à la maison, a fait des ménages pour contribuer au mieux-être de sa famille. Quand ils ont fondé leur propre noyau familial, ils ont travaillé fort faisant le plus souvent du neuf avec du vieux. Mon père, comprenant bien vite qu’à cette époque, il fallait parler anglais pour réussir, a appris à parler cette seconde langue pour s’en faire un atout. Il a ainsi trouvé rapidement un emploi de vendeur itinérant. Il a, dès lors, sillonné tout le Québec et davantage…
    Ce que je retiens, cela très jeune, c’est son acharnement à toujours vouloir se perfectionner. Il parlait bien anglais mais l’écrivait avec difficulté et je le revois le dimanche après-midi rédigeant son rapport en compulsant souvent son gros dictionnaire Collins’s…

    Tout peut s’acquérir à force de volonté, de détermination et de persévérance…

    Quel bel exemple ! Et, combien de fois ai-je entendu :

    « L’instruction sera votre seul héritage ! »

    Me reviennent en mémoire ma première année doublée et mes piètres performances en français. Vingt-huit pour cent, quel désastre ! Jamais, en ce temps-là, je n’aurais pu croire… Et puis, cela arrive tout doucement… Un jour, sans doute pour tromper mon ennui ou peut-être même par obligation, je ne sais, un livre tombe entre mes mains. Quel jour béni ! Je m’engage dans cette lecture sans savoir que cela va me conduire bien au-delà de mon ennui, plus loin encore qu’une obligation, vers des terres encore inconnues que je ne me lasserai jamais d’explorer et sans savoir non plus que même des paysages connus me révéleront des facettes que mon premier regard a délaissé.
    Oui, j’apprends ce jour-là le plaisir de lire qui va bien plus loin que l’histoire car il permet à une petite fille bien sédentaire de faire mille voyages… car il rend possible à une fillette boulotte et pataude mille vies parallèles… car il accorde à une petite fille timide et gênée mille rencontres autant avec le plus misérable gueux qu’avec le plus grand monarque… car il autorise à une petite nulle en sports mille aventures par procuration… C’est là une facette, la première facette…
    Un autre aspect, aussi réel, bien que le procédé en soit moins palpable fait que mes notes amorcent une remontée qui n’est pas spectaculaire mais très régulière qui me surprend et ravit mes professeurs et mes parents. Mais, pour moi, là ne réside pas le plus important.

    Le plus important, c’est le plaisir, c’est le ravissement…

    On dit bien qu’une image vaut mille mots. Mais il y a aussi des mots qui font naître mille images… Sous les mots, je découvre mille images qui me font sourire, qui me font rire à gorge déployée, qui me pincent le coeur, qui me coupent le souffle d’épouvante, qui me font grincer des dents, serrer les mâchoires ou qui m’arrachent les larmes.
    S’il y a des images sous les mots, il y a aussi des sons, des mélodies… des petits airs tout simples mais aussi parfois de grandes symphonies qui se déploient dans ma salle de concert intérieure. Le plaisir engendré à la lecture de ces histoires, de ces mots-images, de ces mots-chansons fait bientôt naître un immense désir.

    Je veux, un jour, être à l’origine d’une telle passion chez quelqu’un d’autre. Quel beau geste, quel bel acte d’amour que celui de l’écrivain qui dans son travail est à la fois la parturiente, la femme enceinte couvant son texte en gestation, la sage-femme qui procède à l’accouchement sur fond de pages blanches, le bébé lui-même, fruit de ses propres entrailles… mais aussi, ultérieurement, l’amant ou l’amante qui saura redonner le plaisir à son lecteur.

    Françoise Brisebois, Saint-Rémi, Québec, Canada mouffe9@videotron.ca

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  263

      > 9987. "L’instruction sera votre seul héritage" par Mouffe

      26 avril 2005, par Donald Lanthier

      Madame Françoise Brisebois,
      Votre texte crée le ravissement. La langue est claire, précise, colorée et naturelle.
      J’apprécie beaucoup votre réflexion sur les mots, la lecture et l’écriture. Chaque mot exerce une fonction,une tâche même sociale chez vous. Ils partent vraiment de l’élément sensible de l’être, de vous-même.
      Vous possédez un immense réservoir d’émotions, d’impressions et d’habiletés langagières.
      Allez! Par l’acte d’écrire, vous serez très bientôt la passion chez quelqu’un d’autre, beaucoup d’autres, je le sens bien.
      Donald Lanthier, Saint-Jérôme, Québec, Canada, 2005 04 26


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  271

        > 9987. "L’instruction sera votre seul héritage" par Mouffe

        12 mai 2005, par nenette

        Chère Françoise, j’adore ton texte! ne cherche plus, tu as vraiment trouvé
        "les mots pour le dire" et, tu m’as fait rêver à la recherche de tout le plaisir qui reste encore à découvrir !
        Mon rêve à moi serait de me glisser dans ta salle de "concert intérieur" et déjà j’entends une merveilleuse symphonie naître et renaître des 1000 mots et images qui peuplent tes livres Merci et Bravo!


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  260

      > 9987. "L’instruction sera votre seul héritage" par Mouffe

      23 avril 2005, par Alice Jadin

      Bonjour Mouffe,Je viens de lire ton superbe texte tombé dans "notre Maguzine" comme un cadeau…
      J’ai beaucoup aimé… moi aussi,je me suis retrouvée dans ton histoire…
      Parents modestes, père terminant son instruction à 9 ans par obligation de travailler (déja!) avec son père.
      Devenu autodidacte, il surveillait de très pres nos devoirs à ma soeur et à moi, s’instruisant par notre intermédiaire.Cela lui a très bien réussi..et il n’a jamais cessé de nous encourager à étudier et à lire.
      J’ai aussi la passion de la lecture et je comprends tellement bien toutes les émotions que les livres engendrent!
      Merci de nous avoir communiqué une partie de tes souvenirs.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  259

      > 9987. "L’instruction sera votre seul héritage" par Mouffe

      23 avril 2005

      Cette promesse d’héritage, si tôt et si bien transformée par toi en passion/bonheur, on la retrouve dans chaque phrase, dans tous ces mots dont tu éclaires les chemins vers des terres inconnues où t’ont conduite les rêves que tu partages aujourd’hui - superbement ! - avec nous.
      Et pour cela je veux te remercier.
      Tu as réveillé en moi les souvenirs émerveillés de mes premières lectures et ton texte à lui seul renferme toute la magie des découvertes, des sensations, des émotions surtout que tu nous dépeins si bien.
      Merci aussi, déjà, pour ces voyages que tu promets à tous les enfants du monde qui te liront un jour. Que les dieux soient avec toi dans cette formidable aventure que tu as choisie : vivre ta passion comme un grand feu d’amour qui réchauffe la vie de tous !
      FLOX
      22 avril 2005


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  258

      > 9987. "L’instruction sera votre seul héritage" par Mouffe

      22 avril 2005, par clodomir

      le portrait que tu fais de tes parents me rappelle les miens; des gens modestes qui avaient un peu d’instruction; assez pour se rendre compte qu’il en fallait davantage, et qui en voulaient beaucoup plus pour leur fils.
      ils se sont "serrés" un maximum pour me payer des études universitaires(avec l’aide de bourses, sans lesquelles ce n’eût pas été possible).
      mais ça ne s’arrête pas là: à l’âge de 40 ans, mon père s’est inscrit à des cours du soir de niveau supérieur pour se perfectionner dans son métier et avec l’espoir d’une promotion.
      à ce moment, moi , j’étais en "rhéto" (en belgique: dernière année de l’enseignement moyen) et je l’aidais pour ces dissertations.
      je lui devais bien ça!
      dans ma famille, on ne prenait pas l’école de haut et on avait une vénération un peu naïve pour l’intruction.
      quant à la lecture, c’est un passe-temps fascinant, inépuisable et … peu coûteux!


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut