• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • accessibilite

      fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

    Recherche

    Articles associés

    Dans ma famille, les coloniaux n’avaient pas bonne presse : ils étaient considérés comme des profiteurs et des fainéants qui se faisaient facilement du pognon en exploitant les « nègres » (eh oui, à l’époque, on disait les nègres et ça ne posait problème à personne) ; ils avaient la vie facile, surtout les femmes qui avaient des boys ; lors de leurs congés, ils revenaient éclabousser les belges d’ici (qui, eux travaillaient dur!) en étalant leur opulence… et leur vie de rêve.

    D’autre part, à l’école catholique, on nous bassinait avec la « noble mission civilisatrice » et le dévouement de nos missionnaires qui leur apprenaient à lire et cadeau suprême leur avaient apporté la vraie religion !

    Et à ce sujet, il me revient un souvenir attendrissant : à l’instigation de l’Oeuvre de la Sainte Enfance, j’avais accepté de parrainer un petit « nègre » ; ça consistait en 2 choses : d’abord, il fallait donner un peu de sa tirelire, et puis, surtout, dire 3 « Je vous salue, Marie » par jour à l’intention de mon filleul ; je ne l’ai évidemment jamais rencontré et je ne me souviens même pas si je lui ai écrit !

    Beaucoup plus tard et bien après l’indépendance, j’ai retrouvé dans mes collègues des anciens du Congo qui y avaient passé une bonne partie de leur carrière ; tous étaient marqués par cette expérience et en avaient gardé un souvenir émerveillé ; un point commun m’a frappé, même chez les plus idéalistes, ils ne pouvaient s’empêcher de considérer le « nègre » comme un grand enfant, plein de puérilité et d’innocence, incapable de se gouverner soi-même ; ils avaient de la tendresse pour lui et étaient conscients d’avoir considérablement amélioré ses conditions de vie, notamment du point de vue sanitaire. Ils n’étaient pas loin de le considérer comme un ingrat !

    J‘ai beaucoup réfléchi et je crois avoir compris : le blanc a débarqué au Congo et a immédiatement pris la direction du pays ; l’indigène s’est retrouvé un citoyen de seconde zone dans son propre pays,

    « Le blanc l’a dépossédé de son pays » et c’est là, me semble-t-il, le sens du fameux discours de Lumumba qui a fait scandale le 30 juin.

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut