• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Autres articles dans cette rubrique

    accessibilite

      fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

    Recherche

    Articles associés

    J’approchais de mes 10 ans, j’avais de beaux longs cheveux blonds comme ceux de maman. Mes cheveux étaient mon refuge, le rideau derrière lequel je me cachais quand je n’allais pas bien. Je n’aimais pas être le centre d’attention dès lors je me sentais en sécurité protégée par mes cheveux dont j’étais par ailleurs très fière. Papa n’aimait pas me voir avec les cheveux dans la figure, en quelque sorte je peux comprendre, et il se fâchait souvent : « tire tes cheveux, mets une pince, coiffe-toi, …»

    Un beau jour, nous étions chez ma grand-mère quand Papa m’a demandé de l’accompagner tout au fond du jardin. J’avais un mauvais pressentiment, je résistais mais on ne résiste pas à papa !
    Et me voilà au fond du jardin, loin des regards, assise sur une chaise branlante, sentant que quelque chose de terrible allait m’arriver. Papa a sorti de je ne sais où un bol et des ciseaux. Il a mis le bol sur ma tête et a tout coupé !
    Sur le sol tombaient mes beaux cheveux blonds. J’avais perdu mon refuge, je me sentais comme toute nue, fragilisée, exposée au regard de tous et j’éclatai en sanglots. Quand maman a vu le carnage elle a fondu en larmes.

    Il a fallu m’emmener chez le coiffeur pour essayer de limiter les dégâts mais le coiffeur n’a rien pu faire, si ce n’est me couper ce qui me restait sur la tête ! Il m’a fallu dès le lendemain affronter les railleries de mes camarades de classe. Déjà que j’avais les «doux» surnoms de "sauterelle", et d’"araignée", mon prénom n’existait plus et tout ça chez les bonnes sœurs ! J’étais très grande et très maigre. Mes bras et mes jambes n’en finissaient pas alors vous pouvez aisément imaginer ce que ma boule à zéro a provoqué comme déluges de rires et de moqueries !

    Pendant longtemps j’ai refusé de parler à mes camarades de classe. Je m’enfermais dans une solitude de plus en plus insupportable que mes parents ne décelaient même pas. J’attendais que mes cheveux repoussent comme on attend une chimère. Je perdais le peu de confiance que j’avais en moi. Je me sentais salie, souillée, vulnérable, et les « personne ne m’aime » se bousculaient dans ma tête.

    C’est ma grand-mère qui m’a aidée à remonter la pente. Sans elle, je ne sais pas ce que je serais devenue. Elle m’écoutait sans rien dire puis me prenait simplement dans ses bras silencieusement, tendrement, et là, enfin, j’étais à nouveau protégée du regard des autres. Il m’a fallu du temps pour m’accepter, des mois peut être, puis mes cheveux ont repoussé. J’ai retrouvé mon refuge mais la blessure, elle, était toujours là et restera encore longtemps.

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  5901

      Mes cheveux, par Christiane D.

      9 janvier 2014, par anne-marie f.

      Bonjour Christiane,
      ton histoire m’a beaucoup touchée. Ce sont des souvenirs qui font toujours mal parce qu’ils ont blessé plein de choses en nous (j’en sais quelque chose aussi de ces humiliations "éducatives") Nos parents n’avaient pas du tout la même idée que nous de l’éducation et du respect du aux enfants. Il m’a fallu du temps pour guérir de certains souvenirs d’enfance d et pour pardonner . Mais quelle merveille de réaliser à quel point les enfants d’aujourd’hui peuvent s’exprimer librement (parfois trop!!!) , à quel point les parents se donnent du mal pour qu’ils soient heureux (parfois trop) et à quel point les grands parents peuvent les aider tous , parfois trop mais c’est comme ça que l’histoire fonctionne!
      je t’embrasse. anne-marie f.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  5898

      Mes cheveux, par Christiane D.

      4 janvier 2014

      Re bonjour Clomi,
      Je vais tâcher de retrouver ce que je t’ai écrit en réponse à ton commentaire qui m’a touchée; comme dit plus haut je l’ai envoyé et il ne paraît pas. Je voulais simplement te remercier de tes gentils mots et j’ai apprécié que tu te dévoiles un peu également. Quant à ma grand mère heureusement qu’elle m’a accompagnée et soutenue une partie de ma vie, c’était ma confidente. Ce que je n’osais pas confier à mes parents je le lui confiais.
      Je te souhaite une heureuse année 2014. Que tes rêves se réalisent!
      CHristiane


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  5896

      Mes cheveux, par Christiane D.

      3 janvier 2014, par Christiane

      c’est drôle, Clomi, je t’ai envoyé un message et il n’est plus là?!


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  5895

      Mes cheveux, par Christiane D.

      2 janvier 2014, par Clomi

      Je comprends à quel point tu as dû être traumatisée, ma pauvre! Quel manque de psychologie, de respect et d’amour paternel…
      Je crois que les papas d’aujourd’hui n’oseraient plus se comporter ainsi envers leurs enfants. Enfin, en Belgique, tout de même.
      J’ai eu, pendant ma jeunesse, un peu le contraire. J’avais de beaux cheveux, bien fournis et longs que je portais en queue de cheval. Cela m’allait fort bien, mais la masse de cheveux me donnaient des maux de tête.
      Mon père aimait que les femmes et filles aient de longs cheveux, en chignon, tresses, ou autres coiffure… Pourvu que les cheveux soient longs. C’’etait pour lui l’ultime beauté féminime.
      Enfin, bref… Je suis allée à la cave, et j’ai raccourci cette splendeur lourde…il ne s’en est pas tout de suite rendu compte. Ça passait si bien, que je refaisais des tours à la cave répétés et la métamorphose fut très vite apparente. Et mon père… Et bien… Il devait s’habituer à ma nouvelle tête sans maux de crâne. Il a été fâché, mais tant pis, je m’y attendais.
      Cela ne m’a pas empêchée de les porter très longs vers mes 18 ans, ce qui a dû faire son ravissement.
      Mais ce que tu as subi, c’était un grand dommage!
      Comme tu dois aimer ta grand-mère pour t’avoir cajolée et consolée.
      Bisou, ma belle… Et merci pour ton histoire touchante joliment écrite.
      Clomi


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut