Quand on pense intergénérationnel, on pense souvent à mettre en contact de jeunes enfants et des aînés. Ici, il s’agit de créer des occasions de rencontre entre des seniors et des adolescents ou de jeunes adultes. On y parle d’amour, de choix de vie, de justice, de défis de société,...

Publics rencontrés

Le plus souvent, nous rencontrons des élèves de 4ème, 5ème, 6ème secondaire. Des jeunes suivant un enseignement technique ou professionnel, aux origines culturelles variées. Mais parfois, il peut s’agir aussi de jeunes en cours d’études supérieures.

Thèmes des rencontres

Les débats portent sur des sujets de société ou plus existentiels et ont lieu dans le cadre d’un cours de religion, morale, français, histoire ou gérontologie. Les thèmes abordés sont variés : les choix de vie, les rêves d’avenir, l’amour, le vieillissement, la transmission, la justice, la consommation, l’évolution de l’autorité, les défis de société, la démocratie, l’Europe, les relations homme/femme, …

Nos objectifs

Lors de ces rencontres, les jeunes et les aînés ont l’occasion de se décentrer, de voir qu’il y a différentes façons de vivre et de penser notre monde, entre autres liées aux cultures et générations mais aussi aux choix individuels. Comme le dit Anne, enseignante : « Ces rencontres sont une rare opportunité pour les jeunes de sortir de leurs bulles d’appartenance ». Mais c’est aussi le cas pour les aînés, ainsi en témoigne Lorenzo, 75 ans :

« Ce que j’aime dans les rencontres avec les jeunes, ce sont les échanges : nous, les plus âgés, partageons nos idées, nos souvenirs, avec notre expérience de vie. Et les jeunes nous parlent de leurs projets, de leurs rêves, de comment ils voient leur avenir. Ca m’enrichit de comprendre un peu mieux ce qu’il y a dans leur tête. »

« C’est intéressant de voir comment les modes de pensée évoluent à travers les années. En fait, il y a certaines choses qui changent et d’autres qui ne changent pas. » Youssra, 16 ans

En pratique

Nos rencontres se déclinent sur une ou deux séances. Ces dernières années, nous avons collaboré avec l’Athénée Charles Janssens, l’Institut de la Sainte Famille d’Helmet, l’Institut Parnasse-ISEI et la Plateforme du Service Citoyen.

Témoignage

Isabelle témoigne d’une réunion à l’Athénée Charles Janssens.

Cette rencontre sonne comme un "échange de madeleines"...

Les chaises sont en cercle. Les seniors s’installent les premiers, ici et là, veillant à ne pas faire bloc. Les jeunes arrivent. Un peu fougueux, turbulents, joyeux ou renfrognés, parlant fort ou muets, riant, tantôt à l’aise, tantôt un peu gênés : des ados tout simplement. Certains cachent un petit papier plié entre leurs mains.

La conversation commence autour de ce papier : Sylvie demande qui l’a apporté. Les uns disent l’avoir oublié, d’autres le brandissent fièrement, d’autres ne veulent pas le montrer, un dernier dit l’avoir perdu mais « le » connaît par cœur... Je finis par comprendre que sur ce papier, est écrit un souvenir. Un souvenir unique, personnel, précis. Un souvenir qu’à leur tour ces jeunes vont nous confier, comme les leur ont confiés lors de la première rencontre Kitty, Christian, Mijanou, Lorenzo, Andrée, Jean, Monique, Mina et Danielle.

Certains s’enhardissent à commencer les premiers. Ils lisent leur petit texte avec concentration. Le silence règne. Respect. Pudeur aussi. Les souvenirs s’enchaînent. Forts. Durs. Intenses. Passionnés. Comme l’est l’adolescence. On y lit la vie, la mort, la passion, la douleur, l’amitié. Tout est noir et blanc, puissant, comme pour trancher avec la vie monotone des jours d’école. Les échanges commencent : par deux, un senior et un jeune cherchent à dégager une question qui permette de faire débat.

L’exercice n’est pas simple : il faut parvenir à décoller du récit pour prendre de la hauteur… Sylvie compose avec Naïma, l’enseignante, de petits groupes où les questions sont discutées. Je prends des photos, m’éloignant des propos pour saisir les expressions. Tandis qu’on s’écoute, qu’on parle, qu’on repense le monde, qu’on rit, le corps s’avance, campé sur les deux pieds, les mains s’agitent, les visages changent d’expression, tantôt surpris, tendus, tantôt rieurs, amusés. Mais déjà la fin de la rencontre s’annonce. Les sourires restent accrochés aux visages. On s’embrasse. Les seniors disent au revoir. Les jeunes aussi : ils le savent, il y aura une prochaine fois et chacun semble heureux de ce rendez-vous à venir.