Ellowispikingliche !

Ce n’est pas Zazie dans le métro, c’est Angèle à la fenêtre.
J’ai peut-être quatre ans, c’est la belle saison puisque la fenêtre est ouverte ; maman fait les lits et moi je regarde à la fenêtre.
Ah oui, les Américains, les soldats américains sont là, ils n’étonnent déjà plus personne.

« Ellowispikingliche ! », avisant un Américain esseulé à la sortie du village, je me suis mise à lui crier quelque chose d’amusant à dire sans avoir la moindre idée de ce que cela signifie. D’ailleurs, ma mère vient de m’en faire la remarque acerbe « Arrête, tu ne sais même pas ce que ça veut dire ! ».
L’Américain, de son côté n’est pas resté indifférent : il a crié quelque chose que je n’ai pas compris, puis il a disparu.
Le coup de sonnette qui suit nous fait sursauter : personne de nos connaissances ne sonne avant d’entrer : on entre en criant « C’est moi ! », on marque un temps d’arrêt dans le vestibule pour s’entendre dire « Entre, ainsi ! » et sans plus de cérémonie, on pénètre dans la cuisine-living-tout ce qu’on veut…Un coup de sonnette, c’est plus cérémonieux- on aime moins - bref, c’est sans doute lui. « qu’est-ce que tu as bien pu lui dire ? » me gronde déjà ma mère.
Ben oui, qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire :
« Ellowispikingliche » ?
« Madame, ici petite fille parler anglais. Moi vouloir parler avec elle. ! »
Cachée derrière ma mère, je comprends que j’éviterai le reste de l’engueulade. L’homme a tourné les talons tristement. Maintenant, je sais ce que veut dire « Hello, I speak english ! » et ne le redirai jamais plus.

On en a rit, on a rit de la gamine et de la mésaventure de ce jour-là.
Une des nombreuses fois où on a réactivé l’anecdote, je me suis dit et cela très tôt « Comment un adulte a-t-il pu croire qu’une gamine de mon âge pouvait parler une langue aussi étrangère ?

Plus tard, beaucoup plus tard, j’ai repensé à cet homme sur lequel je n’avais même pas osé lever les yeux et à tous ses pareils. A la solitude, tellement prégnante qui l’a poussé vers une enfant qui avait un drôle d’accent - Et pour parler de quoi ? J’avais quatre ans.