• BIENVENUE SUR NOTRE SITE INFORMATIF

  • accessibilite

      fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

    Recherche

    Articles associés

    Depuis 2011, nous menons des rencontres intergénérationnelles entre seniors et élèves du secondaire, d’abord au lycée Guy Cudell à Saint-Josse, puis au lycée Charles Janssens à Ixelles. Des rencontres hautes en couleurs avec les élèves de 3ème professionnelle, section travaux bureau.

    Les chaises sont en cercle. Les seniors s’installent les premiers, ici et là, veillant à ne pas faire bloc. Les jeunes arrivent. Un peu fougueux, turbulents, joyeux ou renfrognés, parlant fort ou muets, riant, tantôt à l’aise, tantôt un peu gênés : des ados tout simplement. Certains cachent un petit papier plié entre leurs mains.

    La conversation commence autour de ce papier : Sylvie demande qui l’a apporté. Les uns disent l’avoir oublié, d’autres le brandissent fièrement, d’autres ne veulent pas le montrer, un dernier dit l’avoir perdu mais « le » connaît par cœur… Je finis par comprendre que sur ce papier, est écrit un souvenir. Un souvenir unique, personnel, précis. Un souvenir qu’à leur tour ces jeunes vont nous confier, comme les leur ont confiés lors de la première rencontre Kitty, Christian, Mijanou, Lorenzo, Andrée, Jean, Monique, Mina et Danielle.

    Certains s’enhardissent à commencer les premiers. Ils lisent leur petit texte avec concentration. Le silence règne. Respect. Pudeur aussi. Les souvenirs s’enchaînent. Forts. Durs. Intenses. Passionnés. Comme l’est l’adolescence. On y lit la vie, la mort, la passion, la douleur, l’amitié. Tout est noir et blanc, puissant, comme pour trancher avec la vie monotone des jours d’école. Les échanges commencent : par deux, un senior et un jeune cherchent à dégager une question qui permette de faire débat.

    L’exercice n’est pas simple : il faut parvenir à décoller du récit pour prendre de la hauteur… Sylvie compose avec Naïma, l’enseignante, de petits groupes où les questions sont discutées. Je prends des photos, m’éloignant des propos pour saisir les expressions. Tandis qu’on s’écoute, qu’on parle, qu’on repense le monde, qu’on rit, le corps s’avance, campé sur les deux pieds, les mains s’agitent, les visages changent d’expression, tantôt surpris, tendus, tantôt rieurs, amusés. Mais déjà la fin de la rencontre s’annonce. Les sourires restent accrochés aux visages. On s’embrasse. Les seniors disent au revoir. Les jeunes aussi : ils le savent, il y aura une prochaine fois et chacun semble heureux de ce rendez-vous à venir.

    Notez que de rencontres similaires ont lieu, depuis 2014, avec des jeunes de 5-6ème secondaire de l’Institut de la Sainte famille d’Helmet.

    Haut